Les autres appareils

Qu’en est-il des autres appareils,  ceux que les employés apportent au travail.  Ces appareils ne sont pas propriété de la compagnie mais on admet leur utilisation et leur utilité.  Comment peut-on s’assurer qu’ils sont utilisés adéquatement? Il devient de plus en plus fréquent de voir les employés se présenter au travail avec des équipements tels que des tablettes, des cellulaires intelligents tels que les iPhone ou les appareils Android.  Les gens en font évidemment un usage personnel mais ils désirent aussi les utiliser dans le cadre du travail.  Ces nouveaux appareils offrent de nouvelles possibilités et on se doit de bien planifier ces intégrations avant de l’accepter dans le cadre du travail.  Par exemple, si l’entreprise possède une installation sécurisé de réseau sans fil et qu’un gain en mobilité serait apprécié et utile pour les employés possédant  des tablettes alors la formule pourrait-être avantageuse pour tous.  Par contre si les applications en place, tel que les intranets, n’offrent pas la convivialité requise pour une utilisation avec une tablette, l’ajout de ces équipements pourrait mal tourner et demander de nouveaux investissements dans les logiciels en place.  Ces appareils mobiles sont faits pour naviguer sur des sites relativement compacts ou pour utiliser des applications prévues pour ce genre d’interface.  On ne devrait pas remettre en question les applications de l’entreprise pour satisfaire un employé qui veut tout à coup utiliser de ce type d’équipement au travail.  Si l’utilisation apporte une flexibilité en améliorant la productivité et que l’interface ne demande pas d’ajustement aux programmes, alors l’aventure peut être positive.

Un autre élément important concerne la latitude qu’a l’employeur lorsqu’il fournit les équipements par opposition à ceux qui appartiennent aux employés.  Par exemple, vous pourriez avoir des soupçons, quant à une utilisation douteuse des informations de l’entreprise, de la part d’un employé pour toutes sortes de raisons.  Si l’appareil vous appartient vous pouvez à votre guise mettre en place des logiciels bloquant l’accès à certaines applications et vous pouvez même auditer le contenu de l’appareil.  Une telle opération devient très difficile sur l’appareil personnel de l’employé, vous aurez besoin de son consentement.  Supposons que vous vouliez  mettre en place un logiciel de surveillance pour une raison quelconque sur vos postes de travail et appareils mobiles,  vous pouvez et seriez en droit de le faire sur vos équipements mais difficilement dans le cas des appareil appartenant au personnel.  De telles situations, quoi que jamais vraiment désirée, pourrait être embêtante et l’économie sur les coûts d’acquisition de l’appareil au départ pourrait faire place à des regrets.  Il arrive peu fréquemment qu’on ait à surveiller ou contrôler un employé mais en affaires tout est possible et c’est justement lorsqu’on s’y attend le moins que ça devient important...

Il nous est déjà arrivé de travailler à reconstituer des transactions en se servant des fichiers de journaux pour démasquer des fraudeurs.  Toutes les recherches de traces laissées sur les appareils sont grandement facilitées lorsque vous êtes propriétaire des équipements.

Enfin, notons que lorsque vient le temps de développer une application pour usage interne il est moins coûteux de limiter le nombre de plateforme qui sont supportées ainsi que de sélectionner la plateforme qui permettra d'atteindre les objectifs au plus faible coût.  Progel développe des application pour les iPhone®, iPad®, Pocket PC® et Windows Phone®.